La République des Lettres > Jean-Marie Le Pen > Jean-Marie Le Pen > jeudi 15 avril 1999

Jean-Marie Le Pen

Nonna Mayer Ces français qui votent FN (éditions Flammarion)

Nonna Mayer, spécialiste du Front National, publie un portrait fouillé des électeurs d'extrême droite, riche en informations sur les motivations des partisans de Jean-Marie Le Pen et Bruno Mégret. S'appuyant sur de multiples enquêtes et sondages, notamment à l'occasion des élections de 1988, 1995 et 1997, l'auteur dégage les traits essentiels du vote FN et met l'accent sur sa double nature. Selon Nonna Mayer, le parti fondé par Jean-Marie Le Pen a su regrouper deux électorats différents: "celui, classique, d'une droite extrême" et d'autre part, ce qu'elle appelle "les ninistes, des électeurs pessimistes et déboussolés qui ne se reconnaissent vraiment ni dans la droite ni dans la gauche, dépourvus de convictions idéologiques fortes, volontiers abstentionnistes, et à bien des égards proches d'un électorat de gauche". Autre caractéristique du vote FN, le "rôle que continue à jouer Jean-Marie Le Pen dans la mobilisation de ce vote". "Le vote FN est d'abord un vote Le Pen", écrit Nonna Mayer. Elle estime en conséquence que "pour l'instant du moins", "le vieux chef reste plus populaire, aux deux sens du terme, que son jeune apparatchik", Bruno Mégret. L'auteur souligne encore "l'inégale attirance pour le FN selon le sexe", notant que "les électrices résistent mieux que les électeurs à l'influence lepéniste". En conclusion, Nonna Mayer, qui travaille au Centre d'Etudes de la Vie politique française (CEVIPOF) s'essaye à une comparaison entre l'électorat potentiel de Jean-Marie Le Pen et celui de Bruno Mégret. "Les lignes de partage de l'électorat entre les deux hommes reflétent bien la double nature du vote FN. Son fondateur capte le vote contestataire, il réussit mieux que son ancien délégué général chez les ouvriers", écrit-elle.

§ Livres § Médias § Internet § édition § Prix littéraires § Musique § Tango § Bande Dessinée § Polars § Arts § Cinéma

Copyright © La République des Lettres, Paris, jeudi 15 avril 1999