Monique Canto-Sperber

Monique Canto-Sperber

Depuis quelques jours l'École Normale Supérieure (ENS) de Paris compte dans son secteur Lettres et Sciences humaines une quinzaine de directeurs de département ou d'études en moins.

Jean-Loup Bourget (Histoire et théorie des arts), Michèle Ghil (Langues et cultures d'ailleurs), Jean-Louis Halpérin (Sciences sociales), Claude Kergomard (Géographie), François Menant (Histoire), Michel Murat (Littérature et langages), Gilles Pécout (Histoire), Elisabeth Pacherie (Etudes cognitives), Vincent Duclert (Histoire et civilisations de l'Europe), Francis Wolff (Philosophie), Jean-Paul Thuillier (Sciences de l'Antiquité), Laure Léveillé (directrice de la Bibliothèque des Lettres), Houda Ayoub, Déborah Levy-Bertherat, Nadeije Laneyrie-Dagen, Mathilde Mahé et Paul Clavier, ont ainsi démissionné collectivement le 13 novembre pour protester contre les méthodes la Directrice de l'établissement, Monique Canto-Sperber. La plupart des autres enseignants et des élèves soutiennent cette action totalement inédite à Normale Sup.

Nommée en novembre 2005 par Jacques Chirac, Monique Canto-Sperber est contestée depuis son entrée en fonction à la tête du prestigieux établissement de la rue d'Ulm. Les enseignants-chercheurs des unités de formation et de recherche lui reprochent sa gestion chaotique et autocratique. Dans un communiqué daté du 16 novembre ils indiquent qu'elle ne cesse de "multiplier les initiatives personnelles" et que "les décisions sont prises sans concertation préalable, souvent sans connaissance approfondie des dossiers". Ils soulignent que le malaise s'est aggravé au cours des dernières semaines, en particulier au sein des départements littéraires dont les responsables ne sont pas informés, ou désavoués lorsqu'ils sont consultés, sur nombre d'orientations importantes qui les concernent directement. Sont cités entre autres l'instauration autoritaire de droits d'inscription élevés pour les élèves dans les bibliothèques littéraires, les modalités d'application du nouveau diplôme ENS, les pressions sur la commission chargée du recrutement des nouveaux enseignants, l'échec du rapprochement des concours littéraires des ENS de Paris et de Lyon ou encore la politique générale des classes préparatoires littéraires (Hypokhâgnes et Khâgnes) et des concours d'entrée à Normale Sup.

Les démissionnaires estiment qu'ils ne sont plus en mesure de travailler sereinement et en confiance avec Monique Canto-Sperber qui porte seule "la responsabilité des dysfonctionnements". Une AG tenue vendredi 17 novembre et rassemblant quelque 92 personnes — enseignants et représentants des élèves — a voté 3 motions portant 1) sur L'annulation des décisions prises lors Conseil d'Administration du 16 octobre 2006 (dont celle sur les droits d'inscription à la bibliothèque qui a déclenché le mouvement); 2) sur le soutien aux démissionnaires; 3) sur la défiance envers Monique Canto-Sperber à qui l'on reproche, outre son autoritarisme et son interventionnisme, son inexpérience et son incompétence pour diriger l'ENS, ce d'autant plus qu'elle est par ailleurs engagée dans de multiples activités extérieures qui ont plus à voir avec son ambition personnelle qu'avec une saine gestion de l'établissement.

Copyright © Eric Frezel / La République des Lettres, Paris, dimanche 19 novembre 2006. Droits réservés pour tous pays. Toute reproduction totale ou partielle de cet article sur quelque support que ce soit est interdite. Les citations brèves et les liens vers cette page sont autorisés.

Journal de la République des Lettres Éditions de la République des Lettres Brève histoire de la République des Lettres À propos de la République des Lettres Plan du site Contact & Informations légales