Élections Européennes

Élections Européennes

Cannabis Sans Frontières, Europe Décroissance, Liste Antisioniste, Union des Gens, Alliance Royale, Europe Démocratie Espéranto, Newropeans,... En dehors des onze principaux partis qui présentent des listes aux élections européennes de 2009 — de gauche à droite sur l'échiquier politique: Lutte Ouvrière (LO), Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Front de Gauche (alliance du Parti de Gauche et du Parti Communiste), Europe Écologie, Parti Socialiste (PS), Mouvement Démocrate (MoDem), Union pour un Mouvement Populaire (UMP), Debout La République (DLR), Libertas (alliance du Mouvement Pour la France et de Chasse Pêche Nature et Traditions) et enfin Front National (FN) — une trentaine d'autres mouvements politiques entendent bien eux aussi faire entendre leur voix le 7 juin prochain. Certains d'entre eux parviennent même à présenter des candidats dans la totalité des huit circonscriptions électorales françaises. C'est toutefois en Ile-de-France, où l'on trouve pas moins de 27 listes valides en lice (1), qu'ils sont le plus représentées. Des petites listes insolites, souvent issues de la mouvance écologiste, aux programmes parfois utopiques, parfois farfelus, mais qui méritent sans nul doute plus d'attention que celle offerte par les grands médias condescendants concentrés sur la promotion de leurs chouchous. Brève revue.

• Newropeans (Tête de liste: Marianne Cormier-Ranke). L'Europe, ce n'est pas que la France, c'est aussi 26 autres pays. Newropeans ("nouveaux Européens") présente donc une liste transnationale déposée en même temps en France, aux Pays Bas et en Allemagne. C'est le premier mouvement politique trans-européen à porter un même programme dans tous les Etats membres. Newropeans demande notamment une évaluation de la situation sociale de l'Union Européenne — avec publication d'un rapport social annuel de la présidence — et entend bien décentraliser les institutions européennes, ceci "pour éviter une construction européenne sans critères sociaux et pour que chaque citoyen développe un sentiment d'appartenance à l'UE".

• Cannabis sans frontières (Tête de liste: Farid Ghehioueche). Un parti à l'intitulé explicite qui préconise de dépénaliser l'usage des drogues douces et la culture du cannabis à des fins personnelles, dans des limites toutefois inférieures à 30 ares. Cannabis sans frontières demande également l'accès aux soins pour tous et pointe le scandale de la pénurie d'anesthésiques et d'anélgésiques dans les pays pauvres. "80% de la morphine d'hôpital est consommée dans une seule demie-douzaine de pays occidentaux", souligne la liste cannabique.

• Union des Gens (Tête de liste: Alain Mourguy). Sous cet anonymat se cache une liste "100% citoyenne et sans politicien". L'UDG propose elle aussi d'offrir l'accès gratuit aux soins pour tous, mais aussi, entre autres propositions, d'harmoniser la fiscalité et le SMIC dans toute l'Europe, de lutter contre le chômage en développant massivement les services à la personne et de verser le salaire des eurodéputés à des associations sociales et humanitaires.

• Europe Décroissance (Tête de liste: Jean-Luc Pasquinet). Europe décroissance n'a pas comme tout le monde l'oeil rivé sur les indicateurs d'une hypothétique reprise de l'économie. Pour ce mouvement qui gagne aujourd'hui de nombreux adeptes "Une croissance illimitée dans un monde limité est une absurdité". Europe Décroissance préconise d'arrêter la course aux richesses et de revenir à plus de sobriété dans nos modes de vie: économiser l'énergie, limiter les transports (prendre le TER plutôt que le TGV, relocaliser les productions pour éviter les transports de marchandises), privilégier le durable sur le jetable, etc. Sur un plan plus social, cette liste écologiste demande un revenu minimum garanti pour tous les citoyens européens, ainsi qu'un revenu maximal n'excédant pas quatre fois le salaire minimum.

• Alliance Écologie Indépendante (Tête de liste: Jean-Marc Governatori). Sans doute le petit parti qui compte le plus de personnalités puisqu'on y trouve entre autres le chanteur Francis Lalanne, l'ex-candidat à la présidentielle Antoine Waechter et l'ancien présentateur de la météo sur France 2 Patrice Drevet. L'Alliance Écologie Indépendante milite notamment pour des exploitations agricoles énergétiquement autonomes, des circuits de distribution réduits et le développement d'un réseau européen de chemin de fer plutôt que de lignes aériennes. Elle souhaite aussi favoriser la création de services publics européens afin d'éviter le dumping entre services nationaux et appelle à soutenir le million de petites associations qui "constituent une voie d'accès au bien-être durable". Concernant la couverture de la campagne électorale par les médias, Francis Lalanne, tête de liste de l'AEI dans le sud-est, n'hésite pas à parler de "censure". Selon lui, les petites listes sont écrasées au profit d'une "opposition choisie" par l'Elysée et les médias. Il cible notamment les Verts menés par le libéral-ex-libertaire Daniel Cohn-Bendit, qui "parle plus de croissance que d'écologie" et qu'il qualifie de "sous-marin vert de Nicolas Sarkozy". Le même jugement est d'ailleurs partagé par François Bayrou (MoDem) pour qui "Si vous voulez faire plaisir à Sarkozy, votez pour Cohn-Bendit".

• Liste Antisioniste (Tête de liste: Dieudonné M'Bala Mbala). L'anti-communautarisme et l'antisionisme — à ne pas confondre avec l'antisémitisme — animent la liste du très diabolisé Dieudonné, aujourd'hui banni des médias. Validée malgré une tentative d'interdiction par l'Elysée — "On a regardé mais on n'a pas trouvé d'éléments qui pouvaient empêcher Dieudonné de se présenter aux élections européennes", a du reconnaître la ministre de la Justice et candidate UMP en Ile-de-France Rachida Dati — la Liste Antisioniste a pour objectif de lutter contre l'influence croissante du lobby sioniste dans les médias et dans la vie politique. "Dénoncer la mafia sicilienne, ce n'est pas dénoncer les siciliens. Nous, nous dénonçons la mafia sioniste en France et nous ne nous attaquons ni aux juifs ni aux israéliens", déclare Alain Soral, l'un des responsables de la liste.

• Alliance royale (Tête de liste: Patrick Cosseron de Villenoisy). Des royalistes au Parlement européen ? Sur cette idée antinomique, le seul parti royaliste des élections européennes défend une réforme institutionnelle. Pour l'Alliance Royale, la France doit se doter aujourd'hui d'un nouveau monarque: "le roi incarne l'indépendance de l'Etat face aux lobbies et aux groupes d'intérêt", affirme-t-elle.

Parmi les autres petites listes en lice en Île-de-France, citons aussi Solidarité, un syndicat qui défend les droits des salariés et réclame des aliments frais dans les cantines d'entreprise, L'Europe de Gibraltar à Jérusalem, conduite par l'artiste Gaspard Delanoë qui entend assainir la Seine pour en faire le "Premier fleuve d'eau minérale du monde", Alternative libérale qui appelle l'Europe à s'ouvrir sans réserves à tous les migrants du monde, Europe Démocratie Espéranto qui souhaite défendre une langue européenne commune, le Parti humaniste qui fait campagne sous le slogan "La Force de la Non-violence", le Rassemblement pour l'Initiative Citoyenne qui prône le développement des referendums populaires et propose d'instaurer des médias publics indépendants et impartiaux, ou encore La Terre sinon rien qui préconise de remplacer l'indicateur du PIB (Produit Intérieur Brut) par le BIB en cours au Bhoutan (Bonheur Intérieur Brut).

Pour toutes ces petites listes l'enjeu est d'atteindre 5% de voix au scrutin du 7 juin, score nécessaire pour décrocher un siège d'Eurodéputé à Strasbourg. À défaut, tenter de récolter au moins 3% afin de bénéficier du remboursement des frais de campagne, car les candidats doivent parfois s'endetter pour payer l'impression des bulletins de vote et des professions de foi. La plupart ont toutefois peu de chance d'obtenir plus de 1 ou 2% des suffrages, mais la campagne électorale reste encore pour eux la meilleure tribune pour faire connaître leurs idées, même si tous n'ont pas l'autorisation de diffuser des clips sur les chaînes télé. Seuls les partis politiques représentés à l'Assemblée Nationale et ceux présentant des listes dans au moins cinq des huit circonscriptions françaises y ont droit.

------------

Les 27 listes d'Île-de-France: Démocrates pour l'Europe (Marielle de Sarnez), Front National (Jean-Michel Dubois), Union des Gens (Alain Mourguy), Lutte Ouvrière (Jean-Pierre Mercier), Debout la République (Jean-Pierre Enjalbert), Europe Écologie (Daniel Cohn-Bendit), Europe Démocratie Esperanto (Elisabeth Barbay), Nouveau Parti Anticapitaliste (Omar Slaouti), Communistes (Rolande Perlican), UMP / Nouveau Centre / La Gauche moderne (Michel Barnier), Front de Gauche (Patrick Le Hyaric), MPF / CNPT / Libertas (Jérôme Rivière), Parti Socialiste (Harlem Désir), Alliance Écologiste Indépendante (Jean-Marc Governatori), Une France royale (Patrick de Villenoisy), Newropeans (Marianne Cormier-Ranke), Cannabis Sans Frontières (Farid Ghehioueche), Europe Décroissance (Jean-Luc Pasquinet), Liste Antisioniste (Dieudonné M'Bala Mbala), Pour une Europe utile (Annick du Roscoät), Rassemblement Initiative Citoyenne (Philippe d'Aval), L'Europe c'est vous (Sabine Herold), Pour une France et une Europe plus fraternelles (Jean-Marie Julia), L'Europe de Gibraltar à Jérusalem (Gaspar Delanoë), Solidarité-France (Axel de Boer), La Force de la Non-violence (Alain Ducq), La Terre sinon rien (Françoise Castany), Citoyenneté Culture Européennes (André Locussol).

Copyright © Jean Bruno / La République des Lettres, Paris, mardi 02 juin 2009. Droits réservés pour tous pays. Toute reproduction totale ou partielle de cet article sur quelque support que ce soit est interdite. Les citations brèves et les liens vers cette page sont autorisés.

Journal de la République des Lettres Éditions de la République des Lettres Brève histoire de la République des Lettres À propos de la République des Lettres Plan du site Contact & Informations légales