Auguste Le Breton

Auguste Le Breton

Auguste Montfort, alias Auguste Le Breton, est né le 18 février 1913 à Lesneven (Finistère). Sa mère l'abandonne après la naissance et son père, qui exerce la profession de clown, meurt à la guerre en 1917. Pupille de la Nation, il est admis dans un orphelinat de guerre à l'âge de huit ans mais s'évade à plusieurs reprises. À 14 ans, il est transféré dans un Centre d'Éducation surveillée. Il relatera plus tard cette enfance et la dureté de ces maisons "de correction" dans un récit autobiographique, Les hauts murs (adapté au cinéma en 2008 par Christian Faure).

À 18 ans, couvert de vermine, Auguste Le Breton bat le pavé de Paris. Il noue de solides amitiés avec les voyous de banlieue. A cette époque, si bien dépeinte dans les livres de Pierre Mac Orlan et Francis Carco, les garçons portent des casquettes à carreaux, les filles des jupes plissées et les rixes se font au couteau, entre deux bals-musettes. "Maurice la Gouine, il avait même fait mettre un diam' dans la canine de son chien. Du folklore, oh la la, c'est pas aujourd'hui qu'on trouverait ça à Paris !", raconte en 1985 l'ancien truand devenu romancier à succès.

Auguste Le Breton exerce ensuite divers petits métiers et quitte les bouges de Saint-Ouen et d'Argenteuil pour les bals plus huppés de Clichy et de Montmartre. Il y reviendra toute sa vie jouer au poker dans les bars louches. Durant la guerre, il fait le bookmaker clandestin tout en s'engageant dans la Résistance: "Mon père est tombé en 14. Je ne me serais pas vu marcher avec les Allemands". À la Libération il est décoré de la Croix de guerre. La naissance de sa fille Maryvonne, en 1947, alors qu'il a déjà 34 ans, va changer son destin: "Si j'ai un enfant, je serai écrivain", s'était-il juré dans sa jeunesse, mais bien avant de lancer dans l'écriture il avait déjà choisi son pseudonyme, Auguste Le Breton, selon les coutumes du milieu.

Le premier livre d'Auguste Le Breton est Du Rififi chez les hommes, publié en 1954 dans la célèbre Série Noire de Gallimard et porté à l'écran l'année suivante par Jules Dassin. Il avait auparavant raconté sa jeunesse difficile dans Les hauts murs et dans La Loi des rues, mais ces livres ne seront publiés qu'après le succès de Rififi.... Suivront quelque 77 titres, romans policiers noirs et gouailleurs décrivant des bandes de malfrats de tous poils dans un argot savoureux. Plusieurs de ses polars reprennent le terme "Rififi" dont il est l'inventeur (Du rififi à Hambourg, Du rififi à Paname, Du rififi derrière le Rideau de Fer, Ils ont dansé le rififi, etc).

Auguste Le Breton se flattait d'être "né dans l'argot". C'est lui qui a introduit le verlen en littérature au début des années '50. "Verlen avec un 'e' comme 'envers' et pas avec un 'a', comme ils l'écrivent tous", assurait l'écrivain, ajoutant qu'il faut "avoir connu la misère et la rue pour écrire comme ça. Un détail, ça ne s'invente jamais". Nombre de ses romans, témoins d'une époque un peu oubliée aujourd'hui, ont été adaptés à l'écran. Il est notamment l'auteur du Clan des Siciliens, Razzia sur la chnouf, Priez pour nous, Les bourlingueurs, Le rouge est mis, Les tricards, Bob le flambeur, La môme Piaf, Du rebecca chez les aristos,... Il a également écrit plusieurs scénarios de films, dont des adaptations de ses oeuvres, et a publié un dictionnaire, L'Argot chez les vrais de vrais. Auguste Le Breton est aussi l'auteur d'un récit intime sur le cancer qui le rongeait, Monsieur Crabe (1980) et d'un recueil de poèmes, Du vent... et autres poèmes (1998).

La force d'Auguste Le Breton, personnalité en marge du monde de la littérature policière, fut de ne rien inventer dans ses polars: il avait presque tout vécu. Il est décédé le 1er juin 1999, à l'âge de 86 ans.

Copyright © Emmanuelle PapazianLa République des Lettres, Paris, lundi 17 décembre 2018. Droits réservés pour tous pays. Toute reproduction totale ou partielle de cet article sur quelque support que ce soit est interdite. Les citations brèves et les liens vers cette page sont autorisés.

Journal de la République des Lettres Éditions de la République des Lettres Brève histoire de la République des Lettres À propos de la République des Lettres Plan du site Contact & Informations légales