Antoine de Saint-Exupéry

Antoine de Saint-Exupéry

Soixante ans après la disparition mystérieuse de l'écrivain aviateur le 31 juillet 1944, des morceaux de son avion ont été retrouvés en Méditerranée et formellement identifiés. Les équipes du Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines (DRASSM) viennent en effet officiellement d'identifier des morceaux de l'épave du Lightning P-38 sur lequel volait Saint-Exupéry lors de la mission de reconnaissance photographique qu'il effectuait ce jour-là entre la Corse et les Alpes, en vue du débarquement des armées alliées en Provence. Les pièces mises à jour par le plongeur Luc Vanrell et récupérées par l'entreprise d'ingéniérie sous-marine Comex — un train d'atterrissage et une partie de moteur — portent notamment une série de chiffres indiquant le numéro de l'appareil fabriqué à l'époque par le constructeur Lockheed Aircraft Corporation. Après avoir recoupé ce numéro avec un matricule militaire sur le tableau de concordance de l'US Air Force, les chercheurs sont désormais en mesure d'affirmer avec certitude que l'avion retrouvé par 70 mètres de fond aux alentours de l'Ile de Riou, au large de Marseille, était bien celui de l'auteur du Petit Prince et de Courrier Sud. Une gourmette gravée au nom de l'écrivain et de son éponse Consuelo avait d'ailleurs déjà été remontée, dans le même secteur, en 1998, par le chalutier d'un pêcheur. Ces découvertes lèvent une partie du mystère mais ne permettent toutefois pas de comprendre les causes du crash, l'avion ayant semble-t-il percuté la mer à grande vitesse et pratiquement à la verticale selon les experts. S'agit-il d'un accident, d'une panne, d'un malaise, d'un suicide, d'un tir ennemi ? le mystère à ce sujet reste entier. Le commandant Saint-Exupéry, démobilisé en 1943 car trop agé pour piloter, avait exceptionnellement été autorisé à effectuer quelques missions au sein d'une unité de reconnaissance installée à Borgo, en Haute Corse. Après un décollage sous de bonnes conditions météo le matin du 31 juillet 1944, les radars avaient suivi la trace de son avion — un bimoteur équipé de caméras à la place des mitrailleuses — jusqu'au bord des côtes françaises mais avaient perdu le contact vers 9H30, sans savoir ce qui s'était passé ni où l'appareil était exactement tombé. Le pilote a été porté disparu ce jour-là, à l'âge de 44 ans. Depuis, de nombreux chercheurs et historiens s'étaient penchés sur sa disparition et diverses hypothèses avaient été émises, dont l'une supposait que l'appareil avait été abattu par les allemands au dessus des Alpes.

Copyright © Jean Bruno / La République des Lettres, Paris, vendredi 16 avril 2004. Droits réservés pour tous pays. Toute reproduction totale ou partielle de cet article sur quelque support que ce soit est interdite. Les citations brèves et les liens vers cette page sont autorisés.

Journal de la République des Lettres Éditions de la République des Lettres Brève histoire de la République des Lettres À propos de la République des Lettres Plan du site Contact & Informations légales