Tariq Ramadan

Tariq Ramadan

Encore une polémique de "responsables" politiques obsédés par l'Islam. Après les déclarations de Claude Guéant et d'autres vieux réactionnaires sarkozystes, c'est aujourd'hui le Parti Socialiste qui tombe dans le piège de l'islamophobie.

Martine Aubry et Laurent Fabius, qui avaient signé la pétition "Non au débat-procès sur l'Islam" demandant notamment au gouvernement de renoncer à son débat sur la laïcité, tiennent en effet à faire savoir qu'ils demandent maintenant le retrait de leur signature. Le motif ? Les deux socialistes ne veulent pas associer leur nom à celui de l'intellectuel musulman Tariq Ramadan, co-signataire de cet appel lancé par le Nouvel Observateur et Respect Mag.

L'UMP de Jean-François Copé et de Nadine Morano, littéralement hystérisée par la question du Front National à trois jours du second tour des élections cantonales, les accusait de vendre "l'âme du PS" et d'insulter "la dignité des femmes" en joignant leur nom à celui de l'universitaire spécialiste de l'Islam. Pour la petite histoire, on notera toutefois que la même UMP n'a pas pipé mot lorsque un autre appel, "L'Islam bafoué par les terroristes", lancé il y a deux mois à peine, comportait lui les signatures conjointes de Tariq Ramadan et de Rama Yade, ex-secrétaire d'Etat des gouvernements Sarkozy / Fillon.

"J'ai signé un texte qui remet la laïcité au coeur de la République. C'est un bon texte et on en a bien besoin aujourd'hui mais je regrette que ma signature figure au côté de celle de Tariq Ramadan", précise la première secrétaire du PS tandis que l'ancien premier ministre de François Mitterrand déclare lui qu'il n'a "rien de commun avec Tariq Ramadan".

Tariq Ramadan, diabolisé par les médias en raison de sa proximité supposée avec les milieux islamistes, a réagi à la polémique en renvoyant dos à dos les deux partis politiques. "En voyant le PS agir de la sorte, et en voyant l'UMP instrumentaliser ces thèmes [de la Laïcité et de l'Islam], on se dit que s'ils voulaient se mettre d'accord pour donner une voie royale à Marine Le Pen, ils ne s'y prendraient pas autrement", a-t-il déclaré sur Radio Orient. Quelque peu surpris par les réactions de Martine Aubry et de Laurent Fabius, il estime aussi que "cela aura des conséquences d'une façon certaine quant à la perception que les Français de confession musulmane auront du Parti Socialiste". Il met enfin en garde la France qui devrait selon lui "prendre conscience qu'elle est en train de suivre une très mauvaise trajectoire historique".

Dans une mise au point rédigée par Laurent Joffrin, le Nouvel Observateur précise quant à lui que "Tariq Ramadan n'est pas à l'origine de ce texte [...] et qu'il était libre de le signer comme tout un chacun". La pétition a également été signée par une centaine de personnalités, dont entre autres l'ancien résistant Raymond Aubrac, l'écrivain Tahar Ben Jelloun, la chanteuse Jane Birkin, le footballeur Lilian Thuram, la députée PRG de Guyane Christine Taubira et les eurodéputés EELV José Bové et Daniel Cohn-Bendit.