Muhammad Yunus
Muhammad Yunus

Muhammad Yunus est né le 28 juin 1940 à Chittagong (sud du Bangladesh, à l'époque colonie anglaise), troisième d'une famille aisée de 14 enfants. Son père est bijoutier, fervent musulman.

Il étudie au Chittagong Collegiate School. Membre d'une organisation de boy-scouts, il effectue avec son groupe plusieurs voyages qui le mènent à partir de 1955 en Inde, en Amérique du Nord, en Europe, au Moyen-Orient, aux Philippines et au Japon.

En 1957, Muhammad Yunus intègre l'université de Dhaka (Bangladesh) où il étudie l'économie et décroche en 1961 un Master of Arts. Il devient professeur d'économie à Chittagong.

Parallèlement, il crée avec succès une entreprise high-tech d'emballage dont il laissera bientôt la gestion à ses frères afin de poursuivre ses études d'économie. En 1965, grâce à une bourse, il entre à l'université américaine Vanderbilt de Nashville (Tennessee). Il y prépare son doctorat sous la direction de l'économiste Nicholas Georgescu-Roegen, connu notamment pour ses recherches sur la décroissance.

En 1970, Muhammad Yunus commence à enseigner l'économie à la Middle Tennessee State University. La même année il épouse une jeune américaine d'origine russe, Vera Forostenko, avec qui il aura une fille.

En 1971, il crée avec d'autres Bangladais résidant aux États-Unis le Bangladesh Citizen's Committee ainsi que la Bangladesh Newsletter, destinés à soutenir les indépendentistes pendant la guerre de libération du Bangladesh. Il participe également activement à la Bangladesh Defence League de Fazlur Rahman Khan. L'indépendance du pays est finalement proclamée en décembre 1971. Muhammad Yunus abandonne alors son emploi de professeur d'université pour rentrer quelque mois plus tard au Bangladesh.

Après un poste de sous-directeur à la Planning Commission du nouveau Gouvernement, qui lui fait découvrir les très sérieux problèmes de pauvreté et de famine de son pays, il prend la direction du département d'économie de l'université de Chittagong. Il crée avec ses étudiants un groupe de travail sur les possibilités de développement de l'agriculture locale.

En 1976, révolté par le taux d'usure pratiqué par les banques indiennes, il lance le programme Grameen en prêtant lui-même 27 dollars à un groupe de quarante-deux femmes d'un petit village du Bangladesh afin qu'elles créent leur propre activité économique. Ce sera le début de l'aventure à succès de la Grameen Bank, premier organisme financier au monde à prêter de l'argent aux personnes insolvables exclues du système bancaire traditionnel, afin qu'elles puissent lancer elle-mêmes leur propre micro-entreprise.

Après avoir divorcé, Muhammad Yunus se remarie en 1980 avec une jeune professeur de physique de l'université de Jahangirnagar, avec qui il aura une seconde fille.

Basée sur le système du micro-crédit solidaire, sa "banque des pauvres" obtient officiellement en 1983 le statut d'établissement bancaire. Vingt ans plus tard, la Grameen Bank comptera dans le seul Bangladesh quelque 6,6 millions de clients (dont 95% de femmes), 1861 agences, 17.400 employés et 5,7 milliards de dollars de prêts distribués, soit 1% du PIB du pays. Son taux de remboursement de 98% est supérieur au taux de remboursement dans les banques traditionnelles. Reproduit avec succès dans plus d'une centaine de pays par environ 4.000 organismes d'aide au développement ou d'insertion sociale, ce système de micro-finance a permis de transformer la vie de 300 millions de pauvres du monde entier. Muhammad Yunus estime que deux milliards de personnes démunies pourraient voir leurs conditions de vie s'améliorer dans les prochaines années par cette solution.

Depuis la fondation de la Grameen Bank, il a lancé de nombreux autres projets en matière d'économie solidaire et de développement social, tels entre autres des assurances maladies, des prêts aux étudiants et aux mendiants, la production d'électricité par énergie solaire, la location de téléphones portables dans les villages (les "Grameen telephone ladies") ou encore, en association avec le groupe Danone, la distribution à grande échelle de produits laitiers auprès des populations mal nourries (les "Grameen Danone Food").

En 1998 Muhammad Yunus est désigné Président du comité d'honneur de PlanetFinance, un organisme international de microcrédit fondé par Jacques Attali. Il publie avec ce dernier un essai intitulé Vers un monde sans pauvreté (Éditions Jean-Claude Lattès), qui est à la fois une autobiographie et un essai sur la finance et l'économie solidaire. Muhammad Yunus y retrace son parcours et son action, expliquant les principes qui l'ont amené à inventer le modèle socio-économique solidaire qu'il préconise pour lutter contre le sous-développement et la pauvreté. Dans la même veine, il publiera en 2008 un second ouvrage intitulé Vers un nouveau capitalisme (Éditions Jean-Claude Lattès).

Nominé en 2005 à la fois pour le Prix Nobel d'économie et pour le Prix Nobel de la paix, Muhammad Yunus reçoit l'année suivante le Prix Nobel de la Paix. Il utilise le montant du prix pour financer un hôpital et une usine de traitement de l'eau.

En 2007, il s'engage aux côtés de Nelson Mandela, Richard Branson, Peter Gabriel, Graça Machel, Desmond Tutu, Kofi Annan, Ela Bhatt, Gro Harlem Brundtland, Jimmy Carter, Li Zhaoxing et Mary Robinson pour créer l'ONG "Global Elders" (les anciens, ou les sages), qui se donne pour objectif de résoudre certains problèmes majeurs du monde d'aujourd'hui (guerres, épidémies, pauvreté, réchauffement climatique,...).

Depuis 2007, année où il projette de créer un parti politique d'opposition au Bangladesh, Muhammad Yunus fait l'objet de vives critiques du gouvernement. La Première ministre, Sheikh Hasina Wajed, très irritée par ses critiques sur la politique qu'elle mène, le fait poursuivre en diffamation. Elle l'accuse de se servir de la Grameen Bank comme d'un "bien personnel" et de "sucer le sang des pauvres" en instaurant des taux d'intérêts trop élevés. Au début de l'année 2011, plusieurs plaintes sont déposées contre lui auprès de la Justice. La municipalité de Dacca accuse notamment la Grameen Danone Foods d'écouler des produits alimentaires impropres à la santé. Une enquête fiscale est en outre lancée sur un "détournement" de 100 millions de dollars de subventions entre 1996 et 1998.

Le 02 mars 2011, Muhammad Yunus est limogé sans ménagement de son poste de directeur général de la Grameen Bank, dont l'Etat possède 25%. Raisons invoquée: à 70 ans, il a dépassé l'âge légal de la retraite et sa nomination (en 2000) n'aurait pas obtenu l'accord préalable de la banque centrale du pays. La Cour suprême du Bangladesh a confirmé la validité de ce licenciement.