George W. Bush

George W. Bush

George W. Bush, le plus mauvais président de toute l'histoire des Etats-Unis, aura vécu huit années intenses à la Maison Blanche.

À l'instar de Tony Blair, son acolyte dans l'invasion de l'Irak, il publie aujourd'hui ses mémoires, intitulés Decision Points (Instants décisifs), un plaidoyer de 500 pages pour défendre son désastreux bilan.

Après un premier chapitre consacré à Dieu et à sa victoire sur l'alcool, il revient sur les événements politiques et guerriers les plus marquants de ses deux mandats (2001-2009), affirmant avoir été "pris au dépourvu" et "aveuglé" à plusieurs reprises. L'un de ses moments "les plus répugnants" selon lui, est associé au passage de l'ouragan Katrina, en 2005. Il avoue ainsi avoir été touché, non pas par la catastrophe qui s'abattait sur le pays, mais par le rappeur Kanye West qui l'accusait à la télévision de se "foutre des Noirs".

Si le néo-con George W. Bush se félicite de sa guerre en Irak (100.000 morts, dont 60% de civils), décidée en 2003, et admet avoir autorisé rien moins que la torture — notamment la simulation de noyade comme technique d'interrogatoire --, il évoque tout de même quelques petits regrets. Il s'en veut ainsi, dit-il le coeur sur la main, de s'être laissé abuser par la CIA sur la présence d'armes de destruction massive. Il reconnaît aussi qu'il n'a jamais vu venir la crise financière que ses amis ont créé, dévastant l'économie de la planète, mais ne manque pas d'ajouter qu'il a pris la seule bonne décision valable en renflouant immédiatement les caisses des banques avec les deniers des contribuables. Quant à ses prisonniers détenus illégalement à Guantanamo après les attentats du 11 septembre 2001, il précise qu'ils avaient accès à une bibliothèque où ils pouvaient consulter la traduction en arabe de Harry Potter.

L'organisation Human Rights Watch demande à l'aministration Obama d'engager des poursuites contre l'ancien président américain pour les cas de torture dont il admet la responsabilité, ainsi que l'y oblige la convention de l'ONU sur la torture. Dans le monde entier, les associations de militants pour la paix demandent également que le livre de George W. Bush soit catalogué dans la section "Grands criminels" des librairies.

------

George W. Bush, Instants décisifs (Éditions Plon).