Blocus de Gaza

Blocus de Gaza

Quatre jours après le raid meurtrier de l'armée israélienne contre la Flotille de la liberté, un nouveau bateau d'aide humanitaire, le Rachel Corrie, se dirige vers l'enclave palestinienne de Gaza. Retardé par des problèmes mécaniques, il fait partie du convoi dont l'un des six premiers navires, le Marmara, a été violemment pris d'assaut lundi dernier par Tsahal dans les eaux internationales, faisant 9 morts parmi les pacifistes, huit Turcs et un Américain.

Le Rachel Corrie transporte une quinzaine de personnes, dont l'irlandaise Mairead Corrigan MaGuire, lauréate du Prix Nobel de la paix 1976, et l'ancien Secrétaire général adjoint de l'ONU Dennis Halliday. Il est chargé de 750 tonnes d'aide humanitaire composée notamment de vivres, de médicaments, de fournitures scolaires et de ciment à destination des habitants de la Bande de Gaza soumis depuis 2007 à un blocus totalement inhumain de l'Etat juif. Il devrait arriver samedi matin en vue des côtes palestiniennes, mais Israël entend bien maintenir son blocus. "Aucun bateau, ni maintenant, ni après, ne sera autorisé à accoster à Gaza. Nous avons l'intention d'orienter le Rachel Corrie vers le port d'Ashdod et son chargement ne sera transféré par voie terrestre vers Gaza qu'après avoir été contrôlé", a déclaré le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou. Son gouvernement a ordonné à Tsahal (l'armée israélienne) d'empêcher le cargo d'atteindre Gaza.

Selon les organisateurs de la Campagne de Solidarité Irlande-Palestine (IPSC) qui a affrété le Rachel Corrie avec l'organisation malaisienne Perdana Global Peace dans le cadre du mouvement Free Gaza, les défenseurs des droits de l'homme présents sur le bateau n'opposeront aucune résistance en cas d'arraisonnement. "Ils s'assiéront et lèveront les bras" devant les commandos israéliens afin d'éviter un nouveau bain de sang, précise l'ISPC qui appelle en outre l'ONU à inspecter le cargo et à l'escorter jusqu'à Gaza en faisant monter à bord un de ses représentants.

Le gouvernement irlandais a de son côté exhorté Israël à laisser passer le bateau humanitaire, faute de quoi l'État hébreu s'exposerait à des "conséquences très graves" si des citoyens Irlandais étaient tués ou blessés dans un éventuel assaut. "Le gouvernement a formellement demandé au gouvernement israélien de permettre au navire, de propriété irlandaise, d'être autorisé à terminer son trajet sans obstacle et à décharger sa cargaison à Gaza", a notamment déclaré le premier ministre irlandais, Brian Cowen.

"Notre initiative vise à briser le blocus israélien imposé aux 1,5 million de Gazaouis. Notre mission n'a pas changé et ce ne sera pas la dernière flottille", déclare pour sa part Greta Berlin, militante du mouvement Free Gaza.

Le Rachel Corrie doit son nom à une jeune militante pacifiste américaine qui avait été écrasée par un bulldozer israélien lors d'une manifestation à Gaza en 2003. Ses parents ont appelé les Etats-Unis à fairre pression sur Israël pour que le navire puisse arriver à Gaza ans entrave.

----

En France: les six membres français du Comité de Bienfaisance et de Secours aux Palestiniens (CBSP) qui étaient à bord de la Flotille de la Liberté arraisonnée lundi dernier par Israël, ont annoncé à leur retour en France avoir déposé plainte contre l'Etat hébreu pour enlèvement et séquestration. À l'initiative du Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens — qui regroupe de nombreuses associations, ONG, syndicats et partis politiques dont Les Verts, le Parti de Gauche, le Nouveau Parti Anticapitaliste, le MRAP, le CCMTF, FSU et Solidaires — plusieurs manifestations seront organisées samedi 5 juin dans les grandes villes françaises pour dénoncer l'attaque israélienne contre la Flotille de la liberté et demander la levée du blocus de Gaza. À Paris, le rassemblement est prévu Place de la Bastille à 15 heures.