Israël / Palestine

Israël / Palestine

Réuni aujourd'hui à Moscou, le Quartette pour la Paix au Proche-Orient (Etats-Unis, Russie, Union européenne et ONU) dénonce le programme israélien de construction de nouveaux logements à Jérusalem-Est. Il appelle l'Etat Juif à "démanteler les colonies érigées depuis mars 2001", [à] "s'abstenir de procéder à des démolitions et des expulsions", [et à) "geler toutes les activités de colonisation", selon le communiqué publié par le secrétaire-général de l'ONU, Ban Ki-moon. Outre ce dernier, Hillary Clinton (Secrétaire d'Etat américaine), Sergueï Lavrov (Ministre russe des Affaires étrangères) et Catherine Ashton (Représentante de l'Union Européenne pour les Affaires étrangères) participaient à la réunion.

Le Quartette, qui se dit par ailleurs "profondément préoccupé" par la détérioration continue de la situation humanitaire dûe au blocus israélien de Gaza, souhaite que les négociations de paix conduisent, "d'ici vingt-quatre mois", à "mettre fin à l'occupation démarrée en 1967 et avoir pour effet l'émergence d'un Etat palestinien indépendant, démocratique et viable, qui vivrait en paix et en sécurité au côté d'Israël et de ses autres voisins".

Créé en 2002 pour coordonner les efforts internationaux face au conflit israélo-palestinien, le Quartette pour la Paix au Proche-Orient est théoriquement chargé par les Nations Unies de veiller à l'application de la "Feuille de route", un plan en plusieurs étapes, présenté par les Etats-Unis et accepté par l'Autorité palestinienne comme par le gouvernement israélien, qui prévoyait à l'origine d'amener la paix dans la région en trois ans. Selon le plan, l'ensemble des pays arabes acceptaient également de normaliser leurs relations avec Israël en cas d'accord de paix général. Mais, comme à son habitude depuis plus d'un demi-siècle, Israël n'a pas respecté ses engagements, émettant de nouvelles conditions pour participer aux négociations de paix, construisant illégalement un mur de séparation, déclenchant fin 2008 la guerre de Gaza, et poursuivant méthodiquement sa politique d'appartheid à l'encontre du peuple palestinien.

En Palestine, les radicaux ismalistes du Hamas ont pris le contrôle de la Bande de Gaza. En Israël, le gouvernement de Benjamin Netanyahou est à la tête d'une coalition dominée par les intégristes religieux et l'extrême-droite raciste et ultranationaliste d'Avigdor Lieberman. Une quasi Intifida, la troisième, semble même en train de naître à la suite des dernières provocations de l'Etat juif. De nouvelles roquettes viennent d'être tirées sur le sud d'Israël, suivies en riposte par un nouveau lâcher de bombes israéliennes sur la population civile de la Bande de Gaza.

Huit années après sa création, l'échec du Quartette — représenté par le très pro-israélien ex-Premier ministre britannique Tony Blair — et l'utopisme de la Feuille de route sont donc plus que patents. Reste à savoir maintenant quelle stratégie peut être mise en oeuvre. L'idée des Palestiniens de proclamer unilatéralement leur Etat dans des frontières provisoires est de plus en plus évoquée dans les instances internationales.